septembre 30, 2021 | News

Le 24 septembre, un panel d’orateurs distingués est monté sur la scène de l’IMD à Lausanne pour inspirer les étudiants et les pousser à défier le statu quo, lors de l’événement inaugural du programme de Master Management durable et technologie depuis le Centre E4S.

“Nous avons pour objectif de former une nouvelle génération de leaders responsables pour relever certains des plus grands défis de la société”, a déclaré Jean-Pierre Danthine, co-directeur du Centre E4S, en accueillant les 32 étudiants du tout nouveau programme de Master en Management Durable & Technologie, délivré conjointement par l’UNIL-HEC, l’IMD et l’EPFL.

L’événement a marqué le lancement officiel d’un programme conçu par les trois prestigieuses institutions académiques suisses, qui vise à doter la prochaine génération de leaders des compétences et des connaissances nécessaires pour créer de la valeur pour leurs organisations et la société. Le changement exige une nouvelle forme de jeunes leaders”, a déclaré Bruno Roche, fondateur d’Economics of Mutuality, lors d’un panel sur l’économie circulaire. “Vous allez devenir les chefs d’orchestre du changement systémique”, a ajouté Benoit Greindl, PDG du Resilience Institute.

Réunis sur le campus de l’IMD à Lausanne, Frédéric Herman, recteur de l’UNIL a rappelé aux étudiants les défis auxquels la société est confrontée. “Alors que l’humanité est au bord du gouffre et qu’elle avance dans la mauvaise direction, le monde doit se réveiller”, a-t-il déclaré en citant le secrétaire général de l’ONU, António Guterres. “La prochaine génération sera confrontée à des problèmes d’une complexité inédite. Elle aura besoin d’un ensemble différent de compétences”, a ajouté le professeur Arnaud Chevallier de l’IMD, qui codirige le programme de master.

Le cursus, d’une durée de deux ans, s’articule autour des trois principaux piliers que sont la durabilité, la technologie et la gestion. La classe, composée pour un tiers d’étudiants en ingénierie et pour deux tiers d’étudiants en économie et en gestion, se verra enseigner des sujets aussi divers que la “science du changement climatique”, la “robotique”, ainsi que le “leadership” et la “finance durable”. “La création d’une économie régénératrice exige une nouvelle façon de penser, et c’est ce que le programme enseignera”, a déclaré Benoit Greindl.

Trois panels d’experts ont été organisés au cours de l’événement :
Bruno Roche et Benoit Greindl se sont exprimés sur l’économie circulaire et régénérative ; Margot Stuart, cofondatrice d’OriginAll et Leo Daguet, Breakthrough Innovation Manager de Richemont sur la blockchain et l’exploitation de la technologie pour le bien ; et Nicolas Cudré-Mauroux, CTO de Solvay et Vincent Eckert de SwissRe sur l’importance de la transparence et de la mesure ESG.

L’inauguration du master a également été l’occasion de mettre les étudiants au défi, en leur rappelant d’être audacieux. “J’attends de vous que vous me poussiez, que vous me mettiez mal à l’aise. Donc, vous aurez besoin de courage et pour avoir du courage, vous aurez besoin de connaissances, fournies par le Master SMT ” a déclaré Nicolas Cudré-Mauroux de Solvay. “Conformément à notre objectif, ici à l’IMD, nous avons l’intention de vous mettre au défi et de vous inspirer au cours des deux prochaines années – mais je suis certain que vous allez également nous mettre au défi et nous inspirer”, a ajouté David Bach, doyen de l’innovation et des programmes à l’IMD.

En choisissant cette entreprise nouvelle et unique, la première cohorte a déjà fait preuve d’un certain courage, une valeur dont elle aura besoin tout au long du programme. “Il y a toujours quelque chose d’unique dans une première promotion. Vous êtes des pionniers et vous le serez toujours” a déclaré David Bach, avant de présenter un autre pionnier de classe mondiale, Bertrand Piccard, l’homme qui a fait deux fois le tour du monde – en montgolfière et en avion solaire – et l’un des premiers à envisager l’écologie sous l’angle de la rentabilité. “Vous devrez aller au-delà des certitudes”, a déclaré le pilote suisse et ambassadeur des technologies propres. “Les objectifs impossibles rassemblent des personnes talentueuses et des pionniers”.

Cesla Amarelle, conseillère d’État et ministre de la formation, de la jeunesse et de la culture du canton de Vaud, a également exprimé son soutien au programme. “Cette collaboration est un signe fort que nous pouvons jeter des ponts entre la science, la technologie et les entreprises pour un avenir plus durable. Ce pays a développé une économie innovante ; il est de notre responsabilité de faire croître ce précieux écosystème”, a-t-elle déclaré.

Cette inauguration a souligné la force de ce programme de master : réunir un mélange de leaders du monde des affaires, de l’université, de la politique et de l’innovation ; une combinaison de sujets issus de la durabilité, de la gestion et de la technologie ; et une touche d’audace pour relever les plus grands défis de la société. “Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants”, a déclaré Martin Vetterli, président de l’EPFL, en concluant une après-midi inspirante par un proverbe amérindien.