mars 16, 2021 | Documents

Le débat public porte de plus en plus la crainte que l’automatisation ne rende bientôt le travail humain obsolète, privant les travailleurs de leurs moyens de subsistance et de leur sentiment d’appartenance tout en enrichissant les détenteurs de capitaux et les puissantes entreprises technologiques.

S’appuyant sur les récentes avancées de la littérature économique, ce rapport vise à délimiter l’état des connaissances quant à l’impact des machines sur l’avenir du travail et à orienter la réflexion sur la façon de préparer les sociétés à l’arrivée des machines intelligentes.

Notre rapport souligne que les technologies d’automatisation modifieront considérablement nos économies mais ne rendront probablement pas – du moins dans un avenir prévisible – le travail humain obsolète. Cependant, la transformation et le déplacement des tâches et des professions traditionnelles sont susceptibles d’entraîner des perturbations importantes sur le marché du travail, avec des répercussions sur le bien-être et la répartition des revenus. D’un point de vue politique, une transition juste et inclusive vers une utilisation accrue des technologies d’automatisation nécessite une implication plus forte des gouvernements. Outre la nécessité de politiques favorisant des résultats plus égalitaires sur le marché du travail, il faut aussi assurer un partage plus equitable des gains de la croissance économique. Orienter la technologie vers des innovations qui favorisent le facteur travail et corriger le déséquilibre existant dans la taxation du capital et du travail sont des mesures politiques clés pour assurer que les conditions-cadres et les incitations poussent les entreprises à créer des emplois plutôt qu’à remplacer les humains par des machines. Pour préparer les travailleurs à de nouvelles tâches et faciliter leur adaptation à un lieu de travail en mutation, des politiques d’éducation intelligentes sont elles aussi indispensables.

Cover photo by Alex Knigh on Unsplash

Johannes Buggle, UNIL-HEC & E4S

Paula Cacault, EPFL & E4S

Jean-Pierre Danthine, EPFL & E4S