avril 20, 2022 | Documents

Exit vs. voice, ou défection vs. prise de parole en français, tel est généralement le choix d’actionnaires responsables face à une entreprise dans laquelle ils ont investi mais qui fait preuve d’un comportement non conforme à leurs valeurs. Dans le premier cas, ils décideront de se dissocier et de désinvestir, dans le second, d’engager le dialogue pour initier un changement. Cette dernière stratégie fait référence à l’actionnariat actif et constitue le sujet d’une série d’études publiée cet avril par Enterprise for Society (E4S) Center. Mais quel est l’impact de cette pratique sur l’investisseur qui s’engage et l’entreprise qui est ciblée ?

Points essentiels

  1. Les investisseurs faisant appel à l’actionnariat actif s’exposent à des coûts administratifs et indirects élevés, en particulier lorsqu’ils s’engagent. Cependant, ils sont généralement récompensés par des rendements supérieurs, notamment lorsque l’engagement est réussi et mené en collaboration avec d’autres investisseurs.
  2. Les entreprises engagées sur des thématiques environnementales, sociales et de gouvernance améliorent généralement leurs pratiques, surtout lorsqu’elles ont du retard sur leurs pairs. Elles voient également leur performance opérationnelle et financière s’améliorer et leurs relations avec les parties prenantes impactées.
  3. La collaboration entre investisseurs est un facteur clé. Non seulement elle répartit les coûts mais elle apparaît aussi comme plus efficace, améliorant davantage la valeur et la performance de l’entreprise.

Série E4S sur l’actionnariat actif

En décembre 2021, E4S avait étudié l’impact du désinvestissement en tant que stratégie responsable. La série E4S sur l’actionnariat actif se penche sur une alternative au désinvestissement : l’engagement et le vote. La première étude de cette série, Actionnariat actif : par qui et comment ?,  avait décrypté cette pratique. Actionnariat actif : pour quel impact ? est la seconde de la série. Elle étudie l’impact de l’actionnariat actif et plus particulièrement les bénéfices et coûts pour l’investisseur qui s’engage et les réactions et changements de comportement de l’entreprise ciblée. Pour être fructueux dans leurs engagements, les investisseurs devront toutefois prendre en compte différents facteurs. Actionnariat actif : les clés du succès développe finalement comment le profil de l’entreprise ciblée et de l’investisseur ainsi que les caractéristiques de l’engagement peuvent influencer l’issue d’une initiative actionnariale.

Jean-Pierre Danthine, E4S

Florence Hugard, E4S